Dans la maison de retraite où je travaille il y a une dame qui reste dans sa chaise roulante, souvent elle se penche par dessus l'accoudoir et tous le haut de son corps penche ainsi dans le vide. Parfois on la voit qui cherche du regard un autre regard et elle appelle des yeux, des mains, elle respire comme si elle avait couru un marathon.

Alors je m'approche d'elle, je lui prend les mains, et je tente de l'apaiser, de réguler sa respiration, je pose ensuite ses mains sur son ventre, et je lui caresse doucement les cheveux, le visage, je lui parle, je respire doucement, profondément et doucement sa respiration s'apaise aussi.

Après je lui dit qu'il faut que j'aille travailler.

On ne sais pas ce qui se passe dans leur tête à ces dames qu'on croit "légumes" parce qu'elles ne bougent pas de la journée, et qu'elles ont constamment besoin d'assistance. Mais un geste tendre, un sourire, un peu d'attention et une étincelle s'allume dans leurs prunelles.

La fois suivante que je suis passée près d'elle, a recommencé à s'agiter, j'ai recommencé mon manège, lui prendre les mains, et lorsque j'ai voulu les lâcher elle a fermement tenu les miennes et les a portés à sa bouche et m'a fait tout un tas de baiser ........... C'était géant.

 Voilà pourquoi j'aime ce que je fais, rien que pour avoir un baiser d'une mamie qui ne parle pas, qui ne fait rien de sa journée, qui survie tout simplement.